Entrevue avec un éditeur

Pendant l’académie, nous avons eu l’opportunité de parler avec un éditeur et admirateur de la littérature française. D’après lui, les éditeurs doivent acheter les droits des livres, dessiner la couverture, commercialiser le livre puis discuter des détails avec l’auteur, et informer les écoles sur le nouveau livre. Les avancements en technologie aident les auteurs parce qu’ils peuvent communiquer avec tout le monde lié au livre pendant toutes les étapes et le plus rapidement possible ; c’est plus facile. Cependant, l’éditeur n’aime pas lire avec son portable. Il a dit qu’il est impossible de créer le même sentiment des pages papetières avec les livres en ligne. Donc, il combat la disparition du format des livres papiers.

Quand nous avons demandé quelles qualités vont rendre un roman intéressant pour lui, il a dit que les meilleurs romans ont une bonne romance, des personnages développés, une belle langue, et un protagoniste qui voudrait améliorer le monde. Il adore quand les romans le forcent à demander des questions sur la vie. Le roman qui a changé sa vie est Bel-Ami ; c’est un roman réaliste de 1885 par Guy de Maupassant. Il a recommandé les autres romans français, comme le plus moderne : Une Longue Nuit Mexicaine par Isabelle Mayault, Neverland par Timothée de Fombelle, et Petit Pays par Gaël Faye.

Selon l’éditeur, la censure est un problème parce qu’il croit en la liberté d’expression. De plus, il trouve que la littérature française est extrêmement intéressante car il y a plus de liberté d’expression en France, donc les thèmes sont plus profonds. Il a nous encouragé à lire les livres étrangers, comme les romans français pour comprendre la culture et améliorer nos vocabulaires dans la langue. Nous avons été très privilégiés d’apprendre le travail et les opinions d’un éditeur sur la littérature français!

Bryana